plan-d'amortissement-crédit

Quel plan d’amortissement convient le mieux à son projet ?

En comptabilité, le plan d’amortissement est un calendrier de remboursement (ou d’amortissement) d’un prêt, tel qu’une hypothèque ou un bail, dont la durée peut varier.

La conclusion du contrat s’accompagne de l’établissement d’un document contenant les détails de chaque versement individuel, par lequel le financement demandé sera remboursé.

Il existe différents plans d’amortissement que nous allons énumérer ci-dessous, en commençant par le plus connu et le plus utilisé, le plan d’amortissement linéaire.

Le plan d’amortissement linéaire

Le premier des plans d’amortissement que nous allons expliquer est l’amortissement linéaire caractérisé par des versements constants avec un intérêt calculé sur le capital restant. Pour construire ce type de plan d’amortissement, il faut calculer (à l’aide de feuilles Excel ou d’un logiciel tel que Mela Cesynt) pour chaque période

  • la part des intérêts, obtenue en multipliant le capital résiduel (période précédente) par le taux d’intérêt (relatif à la période)
  • la part de capital, obtenue en soustrayant la part d’intérêt de l’acompte (constant)
  • le versement, quant à lui, est donné par la somme de la part d’intérêt et de la part de capital
  • le principal résiduel est donné par la soustraction de la partie principale du principal résiduel de la période précédente.

On obtient ainsi un plan d’amortissement linéaire avec des taux d’intérêt décroissants et des taux de capital croissants : la somme de tous les taux de capital donne le capital initial emprunté, tandis que la somme de tous les taux d’intérêt donne le total des intérêts à rembourser.

N’oubliez pas de découvrir notre article sur les plan de trésorerie pour comprendre quelle solution est la plus adaptée à votre projet pro.

Parmi les différents plans d’amortissement, celui-ci ressent davantage l’effet des taux d’intérêt au cours de la première période du plan, tandis que par la suite, il tend à influencer de moins en moins la composition de la tranche.

Plan d’amortissement dégressif

Contrairement au plan linéaire, l’amortissement dégressif prévoit des versements dégressifs composés de capital constant et de taux d’intérêt décroissants. Pour établir le plan d’amortissement, il faut calculer pour chaque période

  • la part de capital, obtenue en divisant le capital initial par le nombre de versements.
  • le principal résiduel, obtenu en soustrayant le principal (constant) du principal résiduel de la période précédente.
  • la part des intérêts, obtenue en multipliant le capital restant de la période précédente par le taux d’intérêt (lié à la période)
  • l’acompte, donné par la somme des montants des intérêts et du principal.

Le plan d’amortissement dégressif a un capital résiduel inférieur à celui du plan d’amortissement linéaire.

Cas particulier du plan d’amortissement linéaire avec paiement anticipé des intérêts

Le dernier des plans d’amortissement est le plan d’amortissement linéaire avec paiement anticipé des intérêts, qui prévoit un versement constant avec un paiement anticipé des intérêts. La part des intérêts doit être actualisée au début de la période à laquelle elle se rapporte.

Le premier versement consiste uniquement en intérêts et est payé avant le début de l’amortissement. La dernière tranche, en revanche, est constituée uniquement du capital (égal au montant de la tranche constante).

Comme dans le plan d’amortissement linéaire, à l’exception de la première et de la dernière tranche, toutes les autres tranches sont constantes et consistent en un montant de principal croissant et un montant d’intérêts décroissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *